Viroses végétales

Viroses végétales

Les viroses constituent une réelle menace pour les cultures maraîchères et horticoles de nombreuses régions du globe. L'on recense à l'heure actuelle plus d'un millier de phytovirus, qui parasitent une grande diversité de végétaux.

Les symptômes des viroses végétales

Les symptômes des viroses végétales sont extrêmement variables. L'expression de ces symptômes est fonction des variations climatiques, de l'espèce infectée, de sa physiologie et de son état sanitaire. L'un des symptômes les plus caractéristiques des viroses est la mosaïque du feuillage, qui se traduit par une décoloration des jeunes feuilles. Ce symptôme est parfois associé à une déformation des feuilles, qui peuvent, rétrécir, se gaufrer, devenir cloques ou filiformes. Le jaunissement des feuilles âgées est également un symptôme d'une attaque virale.

Les viroses peuvent conduire aussi à une nécrose de différents organes du végétal, incluant les fruits, les tiges, les feuilles ou les fleurs. Ces nécroses sont dans la plupart des cas associées à un dépérissement généralisé de la plante. Au final, ces viroses conduisent toutes à un ralentissement de la croissance qui se traduit par une baisse significative du rendement de la culture. Les viroses affectent également la qualité de la récolte en altérant l'aspect visuel des fruits et légumes. Ceci se concrétise par une réduction de la qualité commerciale de la récolte.

Structure des phytovirus

Les virus comptent parmi les organismes vivants les plus rudimentaires. La plupart des phytovirus se résume en un acide nucléique protégé par une carapace. L'acide nucléique porte l'information génétique du virus. La carapace est, quant à elle, constituée de protéines. En fonction du type d'acide nucléique, on distingue deux catégories de phytovirus, à savoir les virus à ADN et les Virus à ARN. Les virus ne peuvent survivre en dehors d'un organisme vivant. Ce sont exclusivement des parasites. Ils ne peuvent également se reproduire eux-mêmes. Pour se multiplier, ils se servent de la machinerie des cellules, qu'ils infectent.

Caractéristiques des phytovirus

Les phytovirus possèdent 3 particularités essentielles:

  1. Les viroses végétales sont incurables une fois que la maladie s'est installée dans un champ. Aucun remède chimique efficace n'existe contre les viroses végétales. Les plantes infectées conserveront le virus dans leurs tissus jusqu'à leur mort.
  2. Ce sont les cellules hôtes qui se chargent de multiplier les virus qui les parasitent. Les phytovirus peuvent infecter toutes les parties d'une plante. Seuls les méristèmes (cellules non différenciées) des bourgeons échappent à leur invasion. Ils sont le plus souvent la cause de maladies généralisées.
  3. Les virus ne peuvent survivre que dans une plante vivante. Ils sont détruits dès que la plante meurt. Ils requièrent également des agents externes pour se propager d'un végétal à un autre.

Mode de propagation des phytovirus

Les phytovirus disposent de deux modes de disséminations, dont la transmission verticale et la transmission horizontale.

La transmission verticale

Il s'agit de la transmission du virus d'une plante vers sa descendance. Cette transmission s'effectue par différentes voies. On a ainsi la transmission par les graines, les boutures, les bulbes, les tubercules, les greffons et même par le pollen pour quelques virus. Ceci s'explique par le fait que les virus diffusent dans tous les organes du végétal.

La transmission horizontale

La transmission verticale est la transmission du virus d'une plante à une autre par l'intermédiaire d'agents extérieurs appelés vecteurs de virus. Ces vecteurs sont pour la plupart des déprédateurs de la plante virose. En se nourrissant sur la plante infectée, ils prélèvent les virus. Lorsqu'il change de plante, il infecte la nouvelle plante sur laquelle il se nourrit.

Les vecteurs de virus

Les organismes qui propagent les phytovirus sont divers et variés. On y retrouve des vecteurs aériens tels que les acariens et les insectes, de même que des vecteurs souterrains tels que les nématodes et les champignons. Le groupe des insectes piqueurs-suceurs constitue le plus grand groupe de vecteurs de virus. C'est le cas des cicadelles, des puces, des pucerons, des thrips et des aleurodes. Dans la plupart des cas, un virus n'est transmis que par un unique vecteur.

Lutte contre les viroses végétales

La lutte contre les maladies virales, qui affectent les plantes cultivées, est essentiellement préventive. Cette lutte s'effectue de trois façons:

Utilisation de matériel végétal exempt de virus

Cette stratégie de lutte est essentielle pour les plantes multipliées de façon végétative. Divers traitement existent pour extirper les virus des boutures, des tubercules, des greffons et des graines. On utilise à cet effet, un traitement thermique. Ces parties végétales sont soumises à des températures déterminées pendant un laps de temps. La chaleur conduit à une destruction des phytovirus. L'autre voie est la régénération par culture de cellules méristématiques. Comme dit plus haut, ces cellules sont exemptes de virus. Leur culture en laboratoire permet d'obtenir des plants sans virus.

Élimination des sources de virus

L'une des méthodes de lutte contre les viroses consiste à cibler les vecteurs. Cette lutte consiste à utiliser divers moyens de lutte pour empêcher que les plantes ne soient contaminées. Elle inclut aussi bien la lutte biologique, la lutte chimique et la lutte intégrée contre les vecteurs et les plantes réservoirs de virus. Les abords des champs devront être nettoyés et le sol sera désinfecté. Les outils agricoles devront également être désinfectés.

Utilisation de la résistance variétale

Le développement de variétés résistantes est la voie la plus prometteuse. Elle consiste à sélectionner des variétés tolérantes ou résistantes à un type donné de virus. Cette sélection fait le plus souvent appel aux écotypes sauvages des plantes cultivées. On peut également greffer une variété sensible sur un porte-greffe résistant pour lutter contre une virose donnée.

Taches bronzées de la tomate

Il n'est pas rare de voir sur des tomates impropres à la consommation des taches bronzées. Cela est du à un dangereux virus capable de dévaster une récolte entière.

Maladie du swollen

Le swollen shoot ou maladie du gonflement des rameaux est une maladie virale du cacaoyer. Elle est causée par un virus à ADN de la famille des Caulimoviridae. Apparue pour la première fois au Ghana, cette maladie a conduit ce pays à procéder au plus ambitieux et très coûteux programme d'éradication jamais conduit contre une virose végétale. Le swollen shoot est aujourd'hui endémique dans un certain nombre de pays comme le Togo, le Nigéria et le Ghana. Il vient récemment de faire son apparition en Côte d'Ivoire, premier pays producteur de cacao au monde.

Mosaïque du manioc

La mosaïque africaine du manioc ou African Mosaic Disease (AMD) en anglais, est comme son nom l'indique, une pathologie endémique qui sévit particulièrement dans des zones de productions localisées en Afrique. Cette pathologie virale constitue une sérieuse menace qui ravage les plants de manioc et réduit considérablement les rendements.

Tristeza des agrumes

La tristeza est une maladie virale des agrumes transmise par un virus du genre Closterovirus nommé Citrus Tristeza Virus (CTV). La tristeza est la maladie la plupart importante des agrumes au vu des dégâts qu'elle occasionne. Cette pathologie a entraîné la mort de millions d'arbres à travers le monde et elle a rendu des millions d'autres impropres à la production de fruits. Elle doit son nom aux fermiers sud-américains. Tristeza signifie « tristesse » ; appellation tirant son origine du désastre économique qu'elle a occasionné dans les années 30.

Striure brune du manioc

Très répandu en Afrique et destiné à la consommation humaine et animale, le manioc est une plante tropicale qui produit une racine tubérisée. Il peut être victime d'une infection virale qui induit une pathologie spécifique, en l'occurrence la striure brune du manioc ou Cassava Brouwn Streak Virus (CBSV), en anglais.

Virus de la mosaïque

Sur tous les continents et quelle que soit la nature du climat, plusieurs cultures, dont celles de la courgette, du concombre et de la pastèque, peuvent être affectées par le virus de la mosaïque. On le rencontre aussi bien en culture de plein champ qu'en culture sous abri.

Virus transmis par les thrips

Les trips sont de minuscules insectes de 1 à 2 millimètres environ, et de forme allongée qui vivent généralement aux dépens des végétaux. Certaines espèces interviennent dans le processus de pollinisation des plantes, d'autres par contre, sont très redoutées par les jardiniers et les horticulteurs. Ces dernières sont principalement des parasites qui se nourrissent en suçant les sèves des plantes, en transmettant par ailleurs de nombreux virus.

Le tristeza des agrumes est-il présent en Algérie ?

C'est qoui le gonflement de rameaux

Quel microorganisme lutte contre la pourriture brune du cacao?

Quelle est la taille du virus ACMV?

Quelle est la taille du virus responsable de la mosaïque du manioc ?

Symptômes de la mosaïque à travers les bouture

Produits efficaces contre la pourriture brune du cacaoyer

Comment éviter la pourriture du cacaoyer

Attitude des producteurs face au swollen ?

Jaunissement des cabosses, pourriture brune ?