Canne à sucre

Canne à sucre

La canne à sucre est une plante du genre Saccharum appartenant à la famille des Poacées. C'est une grande graminée tropicale herbacée à port de roseau. Elle est cultivée principalement pour sa tige de laquelle on extrait du sucre. D'ailleurs jusqu'au début du XIXe siècle, c'était la seule importante source de production de sucre dans le monde et elle représente aujourd'hui entre 70 et 80% de cette production. La canne à sucre serait originaire de l'archipel de la Nouvelle-Guinée et serait partie de là pour se répandre dans les îles du Pacifique et dans l'océan Indien. Sa culture est très développée en Amérique du Sud – particulièrement au Brésil qui est le premier producteur mondial –, en Amérique du Nord, en Asie et aussi en Australie. Actuellement, on ne trouve plus la canne à sucre à l'état sauvage.

Cette grande graminée peut faire une hauteur comprise entre 2,5 m et 6 m. Le diamètre d'une tige part généralement de 1,5 cm à 6 cm. Celles-ci sont pleines. Les feuilles de la canne à sucre sont alternes et sont réparties en 2 files opposées. Leur limbe fait environ 1 m de long pour une largeur comprise entre 2 et 10 cm. On en compte 10 sur une plante en pleine croissance et on remarque que la partie inférieure d'une tige se dénude au fur à mesure du développement de cette tige pendant qu'un dessèchement survient sur les feuilles basses.

Variétés de canne à sucre

Il existe une multitude d'espèces et hybrides et plus de 4 000 variétés de canne à sucre dans le monde. On cite l'Isautier, le Tamarin, le Mapou, l'Otaiti et le R 570 parmi les variétés les plus connues.

Culture de la canne à sucre

Pour faire une bonne culture de canne à sucre, il faut que le sol soit riche en matières organiques. Un pH neutre, légèrement acide ou alcalin est acceptable. Une légère salinité du sol est permise mais il faut savoir que dans ce cas, les rendements peuvent être réduits. La canne à sucre est une plante qui ne supporte pas le froid et qui a besoin d'un bon ensoleillement pour une croissance optimale.

Chilo sacchariphagus

Chilo sacchariphagus est un borer, un foreur, de la famille des crambidés. Cet insecte lépidoptère est originaire de l'Asie du sud et du sud-est. Il existe des sous espèces de ce crambidé dont Chilo sacchariphagus stramineellus, Chilo sacchariphagus indicus et Chilo sacchariphagus sacchariphagus. Ce lépidoptère fut introduit à Maurice en 1850 à partir de boutures de canne à sucre provenant de Java en Indonésie. Il arriva à La Réunion vers 1855 et on confirma sa présence, en 1999, au Mozambique.

Cochenille Aulacaspis tegalensis

La cochenille Aulacaspis tegalensis est un important ravageur de la canne à sucre qui sévit particulièrement en Asie du Sud, à Maurice, en Tanzanie et dans plusieurs pays d'Afrique de l'Est. Cette cochenille a été aperçue pour la première fois à Maurice en 1899. Mais c'est au XXe siècle qu'on s'est véritablement rendu compte de sa nuisibilité après les nombreux dégâts qu'elle a causés dans les plantations de canne à sucre. On se souvient ainsi de l'épidémie qu'elle a engendrée dans le nord de la Tanzanie en 1969 où il a été enregistré une perte de rendement de 20% environ. Cette cochenille est à craindre dans toute la zone tropicale du Pacifique.

Melanaphis sacchari

Melanaphis sacchari est un puceron de l'ordre des hémiptères connu comme un ravageur des cultures de canne à sucre et celles d'autres graminées comme le sorgho. Ce puceron est présent dans plusieurs régions d'Afrique, d'Australie, d'Asie, d'Extrême-Orient, d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud.

Maladies de la canne à sucre

La canne à sucre est robuste, cultivée dans des environnements tropicaux sujets naturellement aux parasites, ils sont pourtant peu nombreux à l'attaquer. Mais il existe quand même des ravageurs qui s'attaquent aux grandes cultures, ce sont principalement des insectes.

Ver blanc de la canne à sucre

Le ver blanc de la canne à sucre est la dénomination communément utilisée pour évoquer un hanneton originaire de Madagascar, pays dans lequel il est endémique. Cet insecte est scientifiquement appelé Hoplochelus marginalis. L'insecte fut introduit à La Réunion dans les années 1970 et celui-ci réussit, en peu de temps, à coloniser toute l'île jusqu'à 1 000 m d'altitude. Il est considéré actuellement comme l'un des ennemis les plus dangereux des cultures de canne à sucre.

Bienfaits pour la santé de la consommation de jus de canne à sucre ?

Quels sont les symptômes de la virose de la canne à sucre ?

Quel est le PH optimal pour la canne à sucre et pourquoi est-il important ?

La description de la cochenille

Ver vivant dans mon sucre !

Lutte chimique sur la canne à sucre