Blé tendre

Blé tendre

Le blé tendre ou froment, Triticum aestivum., est une céréale de la famille des poacées originaire des régions méridionales du Proche Orient et des zones montagneuses de l'Éthiopie. Elle est cultivée dans de nombreuses régions du monde. En 2010, la production mondiale de blé s'établissait à 651.000.000 de tonnes, faisant d'elle en tonnage, la troisième céréale la plus cultivée au monde après le maïs et le riz.

Le blé tendre est principalement utilisé pour la fabrication de farine destinée à la boulangerie, la pâtisserie et la biscuiterie. Il est également utilisé pour la production de semoule et de pâtes alimentaires. Sa culture nécessite un climat tempéré. Les principaux pays producteurs sont la Chine, l'Inde, la Russie, les États-Unis et la France. Le blé tendre est une source importante de glucides et contient également des protéines, des fibres, des vitamines et des minéraux. Sa culture a un impact significatif sur l'environnement en raison de l'utilisation d'engrais et de pesticides.

Variétés de blés tendres et leurs usages

La nomenclature française classe les blés tendres en fonction de leurs usages. Ainsi, distingue-t-on :

Utilisations du blé tendre en cuisine et industrie

Sa principale utilisation est sans nul doute la confection de farine panifiable. Cette utilisation est rendue possible en raison de sa teneur élevée en gluten, qui confère une élasticité appréciable au pain. Cette farine est grandement utilisée en biscuiterie et en pâtisserie. L'essentiel du blé tendre produit mondialement est destiné à la consommation humaine. L'industrie en consomme une infime portion qu'elle utilise pour la fabrication d'alcool, de dextrose, de gluten et de malt.

Maladies du blé

Fusariose du blé

La fusariose est une maladie qui affecte fréquemment les céréales, le blé en particulier. Elle est causée par de nombreux champignons du genre Fusarium. Celui attaquant le blé est Microdochium nivale.

Piétin échaudage du blé

Le piétin échaudage est une maladie affectant les cultures de blé et entrainant des pertes de rendement de 50%. Il s'agit d'une affection assez complexe causée par un champignon du sol dont le pouvoir de dissémination est limité, même si le travail du sol tend à le propager. Ce parasite contamine principalement les racines et les bases des tiges. Il se signale par ailleurs dans les cultures d'orge et de triticale. Dans les cas graves, le piétin échaudage peut provoquer une perte totale de récolte.

Oïdium du blé

L'oïdium est une maladie qui se signale sur plusieurs céréales dont le blé. La pathologie est causée par un parasite qualifié de secondaire. Ce n'est cependant pas une raison pour sous-estimer l'impact de l'oïdium du blé qui fait particulièrement de gros dégâts dans les cultures menées sur les sols calcaires.

Rouille noire du blé

La rouille noire est une maladie du blé entrainant particulièrement des pertes importantes de rendement dans les cultures de blé de l'Afrique de l'est. C'est en 1999 qu'elle a fait son apparition pour la première fois en Ouganda, avant de toucher d'autres pays environnants comme le Kenya, le Soudan et l'Ethiopie. La rouille noire crée aussi des problèmes au Yémen et en Iran. Cette maladie est provoquée par un champignon qui décime les cultures par le biais d'une de ses souches.

Rouille jaune du blé

La rouille jaune du blé est une pathologie foliaire affectant la plupart du temps le blé tendre, mais aussi le blé dur et le triticale. Une épidémie de rouille jaune commence généralement en automne pour une apparition lente des symptômes durant l'hiver. Et c'est au début du printemps que les signes de la maladie sont plus clairs. En comparaison aux autres rouilles, celle-ci est plus précoce.

Septoriose du blé

La septoriose est considérée comme l'un des principaux bioagresseurs du blé, mais aussi du seigle et de l'orge. On l'appelle aussi fonte des semis du blé. Même si en général les pertes annuelles moyennes enregistrées ne vont pas au-delà de 3%, la septoriose du blé peut provoquer des dégâts de l'ordre de 50% dans les cultures les plus exposées.

Culture du blé tendre: Avancées technologiques et conseils de culture

Les avancées technologiques dans la préparation du sol, la fertilisation du sol, le semis et les rotations culturales ont fini par faire du blé une culture très rentable. La culture du blé dans les régions tropicale n'est possible que pendant la saison sèche et froide. La culture est dans ce cas irriguée. C'est ainsi que 45% du blé produit est irrigué. La parcelle à cultiver est d'abord labourée, puis hersée et enfin un planée.

Fertilisation du sol et lutte contre les maladies et ravageurs

Dix tonnes de fumier par hectare sont enfouis dans le sol lors du labour. Des amendements calco-magnésiens sont recommandés lorsqu'on a affaire à des sols acides. Un système de drainage efficient est vivement recommandé car la plante survit difficilement aux inondations. Les spécialistes recommandent un apport de 300 à 500 kg de NPK lors du semis. Un complément en bore est également recommandé. Trente jours après le semis, un appoint en urée d'une centaine de kilogrammes par hectare sera apporté en vue de soutenir le remplissage des grains.

Comment traiter la rouille noire

Quelles sont les effets de l’oïdium du blé dur

Symptômes de la septoriose sur blé