Microorganismes symbiotes

Microorganismes symbiotes

Les relations entre les plantes et les microorganismes, qui les entourent ne se réduit pas qu'à des antagonismes et à des parasitismes. Les plantes peuvent entretenir des relations réciproquement bénéfiques avec les microorganismes de leurs milieux.

Deux exemples méritent d'être mentionnés :

Les mycorhizes sont des associations symbiotiques entre les racines des plantes et les champignons. Ces champignons aident à augmenter la surface d'absorption des racines, permettant à la plante d'absorber plus d'eau et de nutriments du sol. En retour, la plante fournit au champignon des glucides qu'il ne peut pas produire lui-même.

Les rhizobiums, quant à eux, sont des bactéries qui vivent dans les nodules des racines des légumineuses. Ils sont capables de fixer l'azote atmosphérique, le transformant en une forme que la plante peut utiliser pour sa croissance. En retour, la plante fournit aux rhizobiums un environnement protégé et des nutriments. Ces deux types de symbiose sont essentiels pour la santé des écosystèmes terrestres, contribuant à la fertilité du sol et à la croissance des plantes.

Les avantages des associations plantes-mycorhizes

Les mycorhizes sont des relations trophiques symbiotiques qui se créent entre les racines des plantes et certains champignons du sol. La plante et le champignon s'associent afin de booster leurs nutritions respectives. Contrairement aux végétaux, les champignons sont des hétérotrophes. Ils ne peuvent pas synthétiser la plupart des nutriments dont ils ont besoin pour croître. L'efficacité des racines des plantes à extraire du sol l'eau et les sels minéraux est souvent limitée. En s'associant ils créent une relation dans laquelle chacun comble les lacunes de l'autre.

Les associations légumineuses-rhizobiums et leurs bénéfices

Les bactéries du genre Rhizobium ont la capacité d'assimiler l'azote moléculaire. Elles transforment l'azote gazeux en ammoniac. Ces bactéries ont développé des relations symbiotiques avec les légumineuses. Les bactéries se fixent sur les racines des légumineuses et y forment des bulbes appelées nodosités. Les bactéries reçoivent de la plante hôte les hydrates de carbones et celles-ci lui fournissent en retour de l'azote et des phytohormones.

Les avantages des rhizobiums et des mycorhizes pour une agriculture durable

Les apports massifs d'engrais créent des déséquilibres environnementaux, polluent les sols et les nappes phréatiques. A l'heure où l'agriculture est pointée du doigt par les associations de protection de l'environnement, une réorientation de l'agriculture s'avère plus que nécessaire. Ces symbiotes sont une solution au problème de la fertilisation. Au lieu de faire des apports massifs d'engrais, il faut plutôt favoriser les processus biologiques qui permettent à la plante de s'auto-suffire.

allélopathie = plante entre les bactéries et les plantes ?