Cynorrhodon

Cynorrhodon

Lorsqu'on parle vulgairement de « gratte-cul », on fait référence au cynorrhodon, un fruit du genre Rosa de la famille des Rosacées. Le cynorrhodon est en réalité un faux-fruit issu d'une mutation du réceptacle floral de l'églantier et du rosier. Le surnom « gratte-cul » vient du fait qu'il fournit du poil à gratter.

Charnu, ovoïde, allongé et plus ou moins globuleux, le cynorrhodon prend une couleur rouge orangé lorsqu'il arrive à maturité. Lorsqu'on l'aperçoit, on a l'impression de voir une sorte d'urne avec une ouverture à son sommet. A son intérieur se trouve 20 à 30 vrais fruits qui sont des akènes provenant de la transformation des carpelles, et chaque akène contient une graine unique. Ils sont munis d'une multitude de poils stériles qu'il faut soigneusement retirés, ceux-ci étant très irritants pour les muqueuses et la peau. Il est aussi bon de savoir que ces poils peuvent entraîner des démangeaisons à l'anus. Quoiqu'il en soit, les fruits du cynorrhodon sont comestibles quand ils sont blets, même s'ils sont assez acides et astringents. Parmi la vingtaine d'espèces de cynorrhodon, la Rosa canina est la plus commune. Il s'agit d'un arbuste vivace pouvant atteindre 4 m de hauteur et particulièrement épineux.

Culture du cynorrhodon

Il est possible de cultiver le cynorrhodon entre janvier et avril. Un sol ordinaire, pas trop calcaire et sec mais modérément humide favorise la bonne croissance de la plante. Le site choisi pour la culture doit être dégagé et bien exposé au soleil.

Utilisations culinaires et médicinales du cynorrhodon

On peut consommer les fruits du cynorrhodon cuit en confitures maison et artisanales, en sirop, en marmelade, en ketchup, en liqueur et en bien d'autres produits alimentaires. Il est possible aussi de les consommer crus. Dans ce cas, la pulpe doit être extraite en pressant légèrement les fruits avec 3 ou 4 doigts. Mais il faut au préalable vérifier que les fruits sont bien mûrs. Lorsque la pulpe est retirée, les poils et les pépins peuvent être utilisés pour la réalisation de décoctions. On peut en faire d'autres pour des tisanes en les séchant et en les réduisant en poudre. Les cynorrhodons permettent aussi de faire du vin et de la bière. Cette plante a en outre de l'importance sur le plan médicinal et permet de lutter contre l'asthénie, l'avitaminose et les diarrhées. Ces poils sont utilisés par les herboristes pour l'élimination des ascaris.

Cynorhodons, églantiers à La Réunion